ANIMAUX EN DANGER

Le lion


 

Le Lion

 

 

Il est surnomm√© ¬ę le roi des animaux ¬Ľ car sa crini√®re lui donne un aspect semblable au Soleil, qui appara√ģt comme ¬ę le roi des astres ¬Ľ. Le m√Ęle adulte, ais√©ment reconnaissable √† son importante crini√®re, peut atteindre une masse de 250 kg, la puissance de sa morsure peut atteindre jusqu'√† 330 kg tandis que la femelle adulte, plus petite, atteint g√©n√©ralement 120 √† 140 kg, ce qui en fait le deuxi√®me plus gros f√©lin sauvage apr√®s le Tigre de Sib√©rie. Un m√Ęle adulte se nourrit de 7 kg de viande chaque jour contre 5 kg chez la femelle. Il vit en groupe, contrairement aux autres f√©lins. Son esp√©rance de vie, √† l'√©tat sauvage, est comprise entre 7 et 12 ans pour le m√Ęle et 14 √† 20 ans pour la femelle, mais il d√©passe fr√©quemment les 30 ans en captivit√©.

 

La femelle du lion est la lionne, c'est elle qui va chasser, son petit est le lionceau. Le lion m√Ęle ne chasse pas mais il est charg√© de combattre les intrusions sur le territoire et les menaces contre la troupe. Le lion rugit. Il n'existe actuellement √† l'√©tat sauvage plus que 16 500 √† 30 000 sp√©cimens dans la savane africaine, r√©partis en une dizaine de sous-esp√®ces et environ 300 au parc national de Air Forets au nord-ouest de l'Inde.

Lion m√Ęle adulte Le lion est le deuxi√®me plus grand f√©lid√©, apr√®s le tigre, et ainsi le plus grand carnivore d'Afrique. Un m√Ęle mesure de 136 √† 198 centim√®tres de long du bout du museau √† la base de la queue et poss√®de une queue d‚Äôen moyenne 90 centim√®tres . Les m√Ęles atteignent une masse comprise entre 140 et 215 kilogrammes √† l'√Ęge adulte. La lionne adulte mesure de 150 √† 210 centim√®tres sans la queue et poss√®de une queue mesurant environ 85 centim√®tres. Elles p√®sent entre 110 et 170 kilogrammes et ont une taille en moyenne 20 √† 50 % moins importante que celle d'un m√Ęle. En moyenne, les lions ont une taille √† l'√©paule plus importante que celle des tigres, mais sont moins longs. Les plus grands lions vivent au sud de l‚ÄôAfrique, les plus petits en Asie. Le record du monde est d√©tenu par un lion du Transvaal de 313 kg. Leur pelage court est de couleur sable, jaune-or voire ocre fonc√©. La face int√©rieure des pattes est toujours plus claire, tout comme le ventre, chamois√© chez le m√Ęle, presque blanc chez la femelle. Les jeunes lionceaux ont des taches sombres sur l'ensemble du corps, mais qui disparaissent d√©j√† au cours de la premi√®re ann√©e. Dans des cas tr√®s rares, ces taches restent encore visibles √† l'√Ęge adulte, mais demeurent insignifiantes, n'√©tant visibles que de pr√®s.

 

Comme chez les tigres, il existe chez les lions des cas occasionnels de leucistisme ; moins d'une centaine de spécimens dans le monde possèdent cette particularité génétique due à un gène récessif, qui donne une couleur blonde, crème voire blanche au pelage.

Les lions communiquent entre eux par de nombreux moyens.

Ce sont des animaux sociaux et de ce fait la communication est plus développée que les autre félins.

Dans la savane, milieu ouvert, les lions sont facilement rep√©rables par leurs proies. De plus, un animal vigoureux peut venir √† bout d'un chasseur solitaire. Un jeune buffle du Cap a √©t√© observ√© luttant avec une lionne pendant 90 minutes pour ne perdre finalement que sa queue. La chasse √† deux ou √† plusieurs offre donc de meilleures chances de succ√®s et permet des prises imposantes. Les lionnes assurent de 80 √† 90 % des prises lors de la chasse. Les m√Ęles, plus lourds, moins rapides et plus facilement rep√©rables par leur corpulence et leur crini√®re, sont moins efficaces.

 

Les lionnes et les lions utilisent des techniques diff√©rentes selon le terrain, leurs pr√©f√©rences et les m√©thodes de d√©fense des proies. La lionne chasse en g√©n√©ral √† l'aube ou au cr√©puscule, ou encore √† la faveur de la nuit. √Ä l'aff√Ľt, tapie derri√®re les hautes herbes, elle attend qu'un animal ait baiss√© la t√™te pour brouter, manifeste des signes d'inattention ou se trouve en position isol√©e. Elle risque alors une approche discr√®te jusqu'√† 30 m√®tres environ, puis elle charge et projette violemment sa proie √† terre. Pesant de tout son poids sur elle, elle la saisit √† la gorge. Trach√©e et Ňďsophage sectionn√©s, la victime meurt en quelques minutes. Les lionnes maintiennent souvent leur proie par le museau jusqu'√† ce que celle-ci √©touffe.

 

Lorsqu'elles chassent en groupe, les lionnes encerclent la proie, voire le troupeau, et s'en approchent ensemble ; elles rampent à plat ventre souvent sur plusieurs centaines de mètres jusqu'à leur proie, auquel cas l'environnement est utilisé le plus intelligemment possible pour se camoufler. Lorsqu'une distance d'environ 30 mètres est atteinte, alors la proie est chargée. Chaque bond fait environ 6 mètres de long et peut atteindre le double en longueur et quatre mètres en hauteur[36]. La proie est alors tuée par une forte morsure à la nuque ou au cou de façon à atteindre la veine jugulaire ou la carotide.

 

Comme les lionnes chassent dans des espaces ouverts, la chasse commune augmente la chance de frapper avec succès une proie. Elles se renvoient aussi la proie entre elles. En outre, la proie dans le groupe peut être défendue plus facilement contre des voleurs comme les lycaons et les hyènes tachetées.

 

Le pourcentage de tentatives réussies varie également selon l'espèce pourchassée : environ 14 % s'il s'agit d'antilopes (damalisques, cobes, koudous, élands, bubales, oryx), 38 % pour les zèbres et les gnous et 47 % pour les phacochères. La chasse nocturne se solde par 33 % de succès, contre 21 % pour la chasse diurne, et les attaques dans les buissons (41 %) ont 3,5 fois plus de chances de réussir que les attaques en terrain découvert (12 %) - d'après des études . En période de sècheresse, les lions mangent même des animaux morts de maladie ou des restes d'autres prédateurs. Dans le parc du Serengueti en Tanzanie, lorsque la plupart des ongulés ont migré à la recherche d'herbes tendres et d'eau, les lions s'attaquent aux animaux sédentaires : girafes, phacochères, petits mammifères (antilopes naines, lapins), oiseaux, serpents ou jeunes crocodiles. Les nuits de saisons sèches, les lionnes chassent parfois les impalas à la nuit tombée, des antilopes sédentaires très rapides et vigilantes la journée, qui vivent dans un milieu boisé.

 

Les m√Ęles du groupe ne participent qu'exceptionnellement √† la chasse, par exemple si des proies tr√®s grandes sont attaqu√©es comme des buffles, des girafes ou des √©l√©phants pr√©adultes ; leur principal r√īle est de prot√©ger la troupe des autres lions. Apr√®s un succ√®s, la hi√©rarchie du groupe entre en application : le m√Ęle peut manger en premier ; suivent ensuite les femelles haut plac√©es et enfin les petits. Il y a rarement, aupr√®s du cadavre, des luttes de rang o√Ļ les membres du groupe s'infligent d'importantes blessures.

 

Souvent, les lions sont amen√©s √† manger des charognes. Les lions m√Ęles qui ont √©t√© chass√©s d'un clan sont contraints de se nourrir exclusivement de ce type d'alimentation. Cela les am√®ne √† chasser de leur butin d'autres animaux charognards comme les l√©opards. Souvent, le lion doit aussi chasser les hy√®nes tachet√©es de leur proie.

Service gratuit simple et accessible à tous

Créer un site facilement